Prévention & réduction des risques en milieu festif.
Savoir plus, c'est risquer moins

HPV

Le Human Papillomavirus est un virus fréquent qui se transmet par simple contact avec la zone infectée.

Il se transmet par fellation, mais pas seulement. Par simple contact avec la zone infectée, au niveau du sexe, de l’anus, de la bouche, et alentour. Mais également par contact indirect lors de tripotages collectifs.

On peut aussi s’autocontaminer en touchant les parties infectées puis d’autres zones anogénitales encore indemnes ou… en s’auto-suçant, mais cela reste exceptionnel !

Risques

Avoir des verrues (les fameux « condylomes » ou « crêtes de coq ») pas glamour sur le sexe, l’anus ou dans la bouche, qui démangent parfois. Des lésions peuvent se développer à ton insu, et évoluer en cancers anogénitaux ou oropharyngés.
Cela reste rare, mais pas exceptionnel.

Savoir plus, c'est risquer moins

Ça se soigne ?
Mal. Les condylomes peuvent être ôtés par un médecin mais reviennent fréquemment. S’ils sont détectés tôt, on peut aussi utiliser de la crème (sur ordonnance). Non traités, ils peuvent proliférer.

Où et quand consulter ?
En cas de démangeaisons, de condylomes ou de plaies non identifiées au niveau du sexe, de l’anus, de la bouche. Mais aussi, régulièrement – car tu peux être infecté sans le savoir – pour vérifier que tout va bien (surtout si tu as plusieurs partenaires). Tu peux consulter ton médecin ou te rendre dans un CIDDIST1.

Fellation et HPV : comment prévenir ?
Le HPV est très contagieux et sait passer inaperçu. En cas de symptômes et pendant le temps du traitement, évite les pipes. Si la capote réduit le risque, elle ne protège pas toute la zone contaminante. Si tu n’es pas infecté (ou si tu ne le sais pas), la capote est encore ce qu’on fait
de mieux contre la diffusion du HPV. Pense aux capotes spécialement conçues pour la pipe.

1 Centre d’information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles.

En partenariat avec
VIH et autres IST
• Les IST non soignées peuvent augmenter le risque de contracter le VIH lors de rapports non protégés.
• Si tu es séropositif, sois particulièrement vigilant car tu peux être plus sensible aux IST.
• D’une façon générale, il est conseillé à tous de s’inspecter régulièrement bite, couilles, cul et gorge, et de se rendre chez le médecin pour des check-ups réguliers. Une visite annuelle chez le proctologue est conseillée. Il faut pouvoir parler franchement avec son médecin de sa santé sexuelle. Si c’est difficile, renseigne-toi auprès du Kiosque ou de Sida Info Service pour obtenir des contacts.