Prévention & réduction des risques en milieu festif.
Savoir plus, c'est risquer moins

Gonococcie

La gonorrhée ou blennorragie est une infection due à une bactérie, « Neisseria Gonorrhoeae » ou gonocoque.

Ces dernières années, elle est en nette progression dans la communauté gay.

Transmission

Lors d’une fellation (la bactérie peut alors se loger dans la bouche, la gorge) ou d’un rapport anal non protégés.

Savoir plus, c'est risquer moins

Quels sont les signes ?
Ils apparaissent quelques jours après la contamination :
– Le plus courant est l’urétrite aiguë, avec sensations de brûlures en urinant (la fameuse chaude-pisse !), écoulement de pus au bout du gland, inflammation de l’urètre. Une séance SM, c’est du pipi de chat à côté !
– Moins fréquent : irritation de l’anus et/ou du rectum (rectite) avec possibilité d’écoulements.
– L’infection peut aussi se situer dans la gorge (pharyngite).
Attention, il n’y a parfois aucun symptôme…

Ça se soigne ?
Oui, avec des antibiotiques, en injection ou par voie orale. Non traitée, la gonorrhée peut infecter les testicules (gonflement et douleurs, avec un risque important de stérilité), la prostate (prostatite) et provoquer des douleurs articulaires (arthrite gonococcique).

Où et quand consulter ?
Régulièrement, dans le cadre d’un check-up sexuel, surtout si tu as de nombreux partenaires, et rapidement en cas d’écoulement de pus, urétrite, rectite… Les analyses sont réalisées à partir d’un échantillon d’urine, d’un prélèvement urétral, rectal, dans la gorge. Tu peux consulter ton médecin, te rendre dans un centre de santé spécialisé ou dans un CeGIDD1.

Fellation et gonococcie : comment prévenir ?
Tant que tu es sous traitement, évite les pipes. Prévenir tes partenaires leur permettra d’être traités si besoin et t’évitera une nouvelle contamination. La capote reste ce qu’il y a de mieux contre le risque de transmission de la gono.

1 Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic

En partenariat avec
VIH et autres IST
• Les IST non soignées peuvent augmenter le risque de contracter le VIH lors de rapports non protégés.
• Si tu es séropositif, sois particulièrement vigilant car tu peux être plus sensible aux IST.
• D’une façon générale, il est conseillé à tous de s’inspecter régulièrement bite, couilles, cul et gorge, et de se rendre chez le médecin pour des check-ups réguliers. Une visite annuelle chez le proctologue est conseillée. Il faut pouvoir parler franchement avec son médecin de sa santé sexuelle. Si c’est difficile, renseigne-toi auprès du Kiosque ou de Sida Info Service pour obtenir des contacts.